lundi 5 février 2007

Câblodistribution, blogue et renvoi de la fiction hors du monde

Les Vieux Garçons accueillent cette semaine un blogueur invité. Toute la semaine, il pourra poster autant qu'il le désire, mais jusqu'à dimanche prochain seulement. Le Vieux Garçon Intello est notre blogueur invité de la semaine.

* * * * * * * * * *

À la fatigue succède le sommeil, et il n’est pas rare que le rêve nous dédommage de la tristesse et du découragement de la journée, en réalisant l’existence très simple, mais vraiment grandiose, que nous n’avons pas la force de construire dans l’état de veille[1].
-Walter Benjamin

Un phénomène comme celui des Vieux Garçons eût été impensable il n’y a de cela que quelques décénnies, alors que les jeunes hommes adultes ne pensaient qu’à conduire des Thunderbirds décapotables pour attirer les regards des filles, rêvant de liberté à l’âge d’or des « Trente Glorieuses ».

Hélas le choc pétrolier, né des suites de la guerre du Kippour, en 1973, provoque la fin abrupte de cette période d’abondance : avec lui, l’horizon se ferme et l’avenir s’assombrit. La promesse de prospérité collective du capitalisme s’évanouit dans les abîmes des années 1980, à la fin desquelles le socialisme « réel » disparaîtra lui-aussi, emportant dans son sillage les derniers idéaux délavés qui rattachaient encore l’individu au commun.

Les années 1980 s’ouvrent sur fond de désorientation idéologique et de désarroi culturel profond. Elles verront naître les pires inepties en matières musicale et vestimentaire (guitare-piano, fuschia). C’est au milieu de cette désolation que naît la génération solipsiste de laquelle sont issus les Vieux Garçons.

Comme autant « d’enfants criant dans les langes sales » (Benjamin) d’une époque post-référendaire où s’accumulent partout les décombres des espoirs effondrés, les Vieux Garçons poussent comme des perce-neiges dans la steppe plate et désincarnée de la récession économique.

Les Vieux Garçons sont le produit d’une époque qui, en se délestant de toute idéalité, a renvoyé la fiction hors du monde, projetant sur les écrans un univers mirobolant et enivrant auquel s’oppose une réalité de plus en plus fatale et désincarnée, voire mécanique.

Les voici aujourd’hui accrochés à l’écran comme à une dernière parcelle de rêve, tellement purs qu’au moment où la société a renvoyé le rêve hors de la réalité pour l’enfermer dans un écran tv, ils n’ont pu faire autrement qu’accompagner ce mouvement, préférant nettement s’isoler des déceptions du “monde vécu”, des relations amoureuses plastiques, de la bière, du Travail et des autres inepties de la société postmoderne.

S’ils écrivent aujourd’hui des posts réguliers, c’est qu’il subsiste encore chez eux l’espoir (le fantasme?) de rebâtir à travers la blogosphère le monde commun perdu. Faut-il les blâmer de chercher dans l’écran, dernier interlocuteur et dernière présence qui subsiste encore dans la société impersonnelle, une planche de salut encore susceptible de réintroduire quelque maigre part d’humanité dans le réel aplati? Il y a fort à parier que cela ne serve qu’à substituer la connexion électronique au lien social désséché.

Il faut malgré tout reconnaître chez ces Vieux Garçons une volonté de résistance et un Grand Refus (Marcuse) de cet ordre établi qui sonne le toc, n’arrivant même pas à la cheville d’un pied de fauteuil, Magda, vestige d’une époque plus authentique où les objets n’exerçaient pas l’emprise de leur séduction sur des êtres creux, mais renvoyaient aux hommes l’image d’un monde habitable à leur guise ou l’espoir avait encore une place de choix entre les chips et les DVD.

8 commentaires:

Une femme libre a dit...

Oulala! Il porte bien son nom d'intello, ce vieux garçon invité! Son analyse sociopolitique du phénomène du vieuxgarçonnisme est fascinante. J'ai du m'y reprendre à trois fois avant d'en comprendre les subtilités. Bravo! Vous avez un invité de marque.

M a dit...

Ça y est
je suis sous le charme de cet invité!
quelle bonne idée que d'invité des vieux garçons...
celui là l'intello, il sera avec moi (dans mon écran) toute la semaine?

merci les gars,
je risque de tomber amoureuse,
mais bon comme tout est question de connexion,
de liens,
préférablement du sans fils aussi...
j'imagine que je peux bien imaginer.

Anonyme a dit...

outch ma tête...je pense que je vais prendre une semaine de congé. A la semaine prochaine les vieux garcons.

Kim St-Pierre a dit...

BOOOOOOOOOOOORING!

Sébastien a dit...

And the Nobel goes to...

geny b a dit...

Premier post où je ne mouille pas d'excitation de vous connaître. Que ce passe t'il? Un peu trop dilué comme texte, je vous aimes plus au naturel les gars. Mais bon, you are what you are, je vais quand même laisser mon site internet ouvert en votre hommage.

Geny b a dit...

www.jeveuxtoucheraunvieuxgarcon.com

Anonyme a dit...

Y'a personne d'autre qui peut être Vieux Garçons...

Moi, il me dérange, l'invité...

Josie.