samedi 6 janvier 2007

De retour en 1940

Ainsi donc le grand succès radiophonique de la fin 2006 aura été la chanson Dégénération de Mes Aïeux, une chanson pourtant enregistrée il y a plus de deux ans. Quelques lignes tirées de la chanson:

Il te vient des envies de devenir propriétaire
Quand tu rêves la nuit d'avoir ton petit lopin de terre […]
Mais y'a des matins tu te réveilles en pleurant
Quand tu rêves la nuit d'une grande table entourée d'enfants […]
Et pi toé petite jeunesse tu bottes ton cul au ministère
Pas moyen d'avoir un prêt dans une institution banquaire
Pour calmer tes envies de holduper la caissière
Tu lis des livres qui parlent de simplicité volontaire


Come on. Est-ce que ça existe vraiment ça? Y’a des gens qui rêvent de vivre comme en 1940 encore aujourd’hui? C’est un gros ramassis de clichés gras qui me donne des boutons.

Pourtant, ma sœur a-do-re cette chanson. Ses amis du 450 aussi. C’est tellement vrai tout ça, tout ce qu’ils disent.. Pourtant, même si j’essaie, ça ne me rejoint pas. Je ne m’y reconnais pas. Ça décrit ma génération, c’est supposé être moi, mais c’est pas moi moi. C’est qui alors?

Dégénération est pour moi ce que l’émission C.A. était aux jeunes trentenaires : un pseudo portrait fidèle, où pourtant les principaux intéressés ne se reconnaîssent pourtant pas. Pourquoi ceux qui tracent les portraits de société sont-ils si à côté de la track?! Et pourquoi tant de monde embarquent-ils dans le bâteau?!

C’est rendu que ça joue partout, y’a plus moyen de s’en sortir. Je vais à l’épicerie et leur radio annonce trois chansons des Mes Aïeux d’ici la prochaine heure. Je vais voir un spectacle des Zapartistes et ils concluent le spectacle en reprenant la chanson de l'heure. Je vais au Diable Vert et le dj enchaine la chanson après My Love de Justin. Je reste chez moi et je synthonise Musique Plus, et l’animateur annonce le vidéoclip le plus populaire du moment... C’est rendu universel, tout le monde l’aime, j’étouffe.

Le pire, dans tout ça, c'est que la chanson est entrainante. Musicalement, elle est intéressante, bien construite, avec de beaux arrangements et une belle progression. Mais c'est quand même pas ça qui va m'empêcher de l'hair de tout mon coeur.

9 commentaires:

Une femme libre a dit...

Et alors, les Vieux Garçons, quand est-ce que vous vous achetez une maison?

Attrayan a dit...

Pas besoin de maison, les Vieux Garçons vivent en résidence. Ainsi, l'argent que nous sauvons en taxes peut être réacheminé directement vers notre service de câblodistribution et nous assurer par la même occasion beaucoup d'heures de bonheur.

Mary-Céramike Placard a dit...

J'ai déjà écris un post sur cette toune tellement elle porte à réflexion.
Est-ce que je me réveille le matin en pleurant de ne pas trouver mille enfants autour de la table?
Euh... hello?!?!
Non!
Et puis c'est vrai, on ne défriche plus la terre comme nos grands-parents... on ne peut plus, ils les ont tous coupés!
Arrrgh

Le Pantin Bleu a dit...

Vedge que j'aie entendu cette chanson pour la première fois dans l'auditorium d'une polyvalente trifluvienne y'a longtemps déjà. Je l'avais bien aimée, à l'époque.

STPKim a dit...

Les paroles exactes sont: «Tu DOIS ton cul au ministère». Deuix options: ou vous avez des parents fortunés ou vous devez effectivement votre cul au ministère. J'en ai pour 10 ans à rembourser mes prêts et j'ai jamais eu de bourses! Puis même si aujourd'hui je gagne deux fois plus d'argent, avec tous les trucs à payer maintenant que je ne suis plus étudiante (assurances, transport en commun au double du prix, remboursement des prêts, etc.), j'ai pas plus d'argent dans mes poches.

Comme j'ai ni soeur ni frère, moi j'en veux des enfants pour avoir une table entourée de petits-enfants un de ces jours.

Et j'espère à plus ou moins long terme m'évader de la ville pour retrouver un terrain boisé qui m'appartient. Suis-je née à la mauvaise époque pour autant...? J'en doute.

Je te le concède par contre, cette chanson est aussi devenue ma chanson ennemie dû à ces abus.

Julie a dit...

Pour moi, cette chanson est désormais associée au jour de l'An où j'ai vu une petite fille danser tellement intensément sur ça qu'elle en a vomi.

Même les enfants ne sont plus capables de la supporter.

Anonyme a dit...

Vous avez tous raison en effet. Au Québec, il n'y as pas de juste mesure, c'est trop ou rien pantoute!!!! Pourtant, ça fait au moins deux ans que l'album est sorti. Cherchez l'erreur...

Elianne a dit...

Vous n'êtes pas seuls ... :

http://eliannecantin.blogspot.com/2006/12/folklore-entre-guillemets.html

C'est rassurant !

;)

Guillaume a dit...

Je pense que tu prends trop la chanson au premier degré. Ce qui ce veut représentatif de notre génération, c'est le malaise que nous vivons. Les générations précédentes était en progression constante, la génération actuelle cherche où aller. Leur exemple pour l'illustré son un peu capilotracté. Je crois que les gens s'identifie à l'essence qui se dégage des exemples sans adérer aux exemples eux-mêmes.

Ceci étant, musicalement, je ne pense pas que ce soit leur meilleur chanson. J'aimais mieux leur album précédent.